suif


suif

suif [ sɥif ] n. m.
• 1190; f comme dans soif, ajouté par anal.; siu, sieu, suiXIIe; lat. sebum sébum
1Graisse animale, composée de plusieurs glycérides; spécialt Cette graisse fondue. Suif de mouton, de bœuf, composés de stéarine, margarine et oléine. Chandelle de suif. Suif utilisé dans la préparation des savons (savon animal), dans le traitement des cuirs.
Corps gras végétal. Arbre à suif. Suif minéral : variété de cire fossile.
Péj. Graisse humaine. « Boule de suif », nouvelle de Maupassant.
2Loc. vieilli Chercher du suif à qqn, lui chercher querelle (cf. Chercher des crosses, chercher noise à qqn). Il va y avoir du suif, de la bagarre, du scandale.

suif nom masculin (latin sebum) Graisse des ruminants qu'on enlève des morceaux de boucherie. ● suif (expressions) nom masculin (latin sebum) Cuir en suif, cuir qui a été, en corroierie, imprégné de graisses chaudes (suif à l'origine). Mise en suif, imprégnation des cuirs de graisses chaudes pour leur donner une consistance souple et de l'imperméabilité.

suif
n. m. Graisse des ruminants. Suif de mouton, de boeuf.
|| TECH Vis à tête goutte de suif, dont la tête est fraisée et légèrement bombée.

⇒SUIF, subst. masc.
A. — Graisse d'animaux herbivores, composée principalement de stéarine et d'oléine, que l'on recueille par fusion; en partic., cette graisse fondue qui servait autrefois à la fabrication de chandelles, de bougies, d'onguents, de savons et de produits de graissage. Cierge, savon de suif; suif de mouton, de bœuf. Cette chandelle, on la faisait venir avec grand soin et en caisse des environs de Briançon; on voulait qu'elle fût faite avec du suif de chèvre (STENDHAL, H. Brulard, t. 1, 1836, p. 55):
On utilise dans l'alimentation des graisses provenant exclusivement du traitement des suifs en branches des bovins (graisses de bœuf, dites premier jus et oléo-margarine) et parmi ces suifs, uniquement les suifs de rognons et les suifs d'abats.
BRUNERIE, Industr. alim., 1949, p. 43.
P. méton., vx. Chandelle, bougie. Des gaillards à mine truculente, tendant leurs pots vides, frappaient sur les tables des coups de poing à tuer des bœufs et qui faisaient trembler les suifs emmanchés dans des martinets de fer (GAUTIER, Fracasse, 1863, p. 314).
VÉN. Graisse des bêtes de couleur fauve (d'apr. DUCHARTRE 1973).
P. anal. Graisse végétale, analogue au suif animal pour son utilisation. Suif de Camara, d'Ochoco; arbre à suif. Suifs et huiles végétales et animales, qui, de plus en plus demandés, se font de plus en plus concurrence sur les principaux marchés, donneraient lieu à une très féconde étude de géographie humaine: suifs de l'hémisphère austral, suifs des États-Unis, suif végétal blanc de Chine (BRUNHES, Géogr. hum., 1942, p. 169).
B. — P. anal., fam. ou péj. Graisse humaine. Ce pavé que l'Europe foule Est gras encor du suif des morts (TOULET, Contrerimes, 1920, p. 119).
— Subst. (partie du corps) + de suif. Qui semble être en suif, gras, mou. Quand on lui serre la main, on a l'impression de toucher du suif. Ma parole! Et, quand il mange, il remue des joues de suif (G. LEROUX, Roul. tsar, 1912, p. 87). M. Amédée, mal ficelé, mal embouché, lui ressemblait en plus gros, luisant de toute sa face de suif rouge (POURRAT, Gaspard, 1930, p. 37).
Boule de suif. Personne très grasse. La femme, une de celles appelées galantes, était célèbre par son embonpoint précoce qui lui avait valu le surnom de Boule de suif (MAUPASS., Contes et nouv., t. 2, Boule de suif, 1880, p. 122).
Au fig. Ce que l'on a en réserve, ce qui est un acquis. En fait de littérature, il y a longtemps que Planche ne se renouvelle pas et qu'on peut dire qu'il vit de son suif (SAINTE-BEUVE, Poisons, 1869, p. 31).
C. — Au fig.
1. Vieilli, fam. Réprimande violente. Synon. fam. savon2. Mongin, un matin, arriva chez Langibout furieux contre une actrice qui leur avait fait donner un « suif général » par Lemeubre pour avoir manqué de respect à sa femme de chambre (GONCOURT, Man. Salomon, 1867, p. 48). Nous étions au repos. Le capitaine fut convoqué chez le colonel. Bourbaki lui fit subir un suif (CENDRARS, Main coupée, 1946, p. 224).
2. Mod., arg. Bagarre, dispute violente. Synon. grabuge. Il sentait monter en lui et brûler sa rage meurtrière (...). Il lui fallait du suif. Ça soulagerait ses nerfs (LE BRETON, Rififi, 1953, p. 158). C'est baissant les yeux, que je suis entré (...) voulant dévisager aucune gonzesse, minimiser les risques de suif (SIMONIN, Cave se rebiffe, 1954, p. 117).
Etre en suif. Etre fâché, en froid avec quelqu'un. Car la pipelette renaudait. Et le Nantais ne tenait pas à être en suif avec elle (LE BRETON, Razzia, 1954, p. 49).
Chercher du suif. Chercher querelle. Synon. chercher noise (v. ce mot B). Elle devait un rien trouver le temps long, la charmante, surtout si les poulets étaient venus lui chercher du suif, lui demander de mes nouvelles (SIMONIN, Touchez pas au grisbi, 1953, p. 162).
Faire du suif. Faire un scandale. Synon. faire du foin (v. foin1 C). Suzanne (...) a dû faire un drôle de suif auprès d'Angelo, que tu m'aies pas laissé étendre (SIMONIN, Touchez pas au grisbi, 1953, p. 64).
REM. Suif(f)age,(Suifage, Suiffage) subst. masc., industr. alim. ,,Défaut des produits gras (beurre en particulier) qui apparaît après conservation et qui est marqué par un goût de suif, une saveur huileuse et parfois par une coloration blanche du beurre. Il est dû à une oxydation de la matière grasse (surtout de l'acide oléique)`` (LUQ.-BOUD. Lait. 1981). Les qualités organoleptiques des produits sont profondément modifiées par le suifage (CLÉM. Alim. 1978).
Prononc. et Orth.:[]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. A. 1. Ca 1170 sieu « graisse fondue de certains animaux » (Quatre Livre des Rois, éd. E. R. Curtius, p. 30, 23); 1197 siu (HÉLINANT, Vers de la mort, XIII, 10 ds T.-L.); XIIe s. sui (Gloss. Tours, 329, ibid.); 2. 1721 « corps gras végétal analogue au suif » (Trév.); 3. 1832 « chandelle faite avec cette graisse » (HUGO, N.-D. Paris, p. 456); 4. 1866 « graisse humaine » (DELVAU). B. 1. 1834 « forte réprimande » (CHEVALIER, in R. maritime, I, 210, ds QUEM. DDL t. 38); 2. 1935 « bagarre, querelle » (voyous d'apr. ESN. 1966). Du lat. sebum « suif », d'abord sieu, puis sui par métathèse, le f final est apparu au XIIIe s. (v. T.-L.) p. anal. avec les mots de type nois/noif (v. neige). Fréq. abs. littér.:175.
DÉR. 1. Suiffard, -arde, subst. et adj., pop. ou arg., vieilli. a) Subst. et adj. ) (Animal) gras, en bonne santé. [Ces chevaux] étaient superbes! Il y a longtemps que je n'en avais vu d'aussi suiffards (RICHEPIN, Césarine, 1888, p. 218). ) (Celui, celle, ce) qui est riche, élégant, qui fait cossu. Un entresol suiffard. Puis, il retomba dans son admiration devant Mes-Bottes. Était-il assez suiffard, l'animal! Un vrai propriétaire; du linge blanc et des escarpins un peu chouettes! (ZOLA, Assommoir, 1877, p. 763). b) Subst. Tricheur professionnel. Le jeu reprit (...). L'argent [des naïfs] passa lentement aux mains des suiffards (Figaro, 20 févr. 1877 ds HOGIER-GRISON, Monde où l'on triche, 1re série, 1886, p. 173). [], fém. [-]. 1res attest. a) 1848 « bien mis; riche » (Journalisme d'apr. ESN. 1966), b) 1888 « gras » (en parlant d'un animal) (RICHEPIN, loc. cit.); de suif, suff. -ard. 2. Suif(f)er,(Suifer, Suiffer) verbe trans. a) Enduire, graisser quelque chose avec du suif. Suiffer un bateau. As-tu suifé les gonds de la porte pour qu'ils ne fassent pas de bruit? (HUGO, Misér., t. 1, 1862, p. 924). P. métaph. Cette indigence de moyens m'étonne de la part du bon Dieu. Il faut qu'à tout moment il se remette à suifer la rainure des événements. Ça accroche, ça ne marche pas. Vite une révolution (HUGO, Misér., t. 2, 1862, p. 319). Part. passé en empl. adj. Bottes suiffées. Il s'agissait de faire glisser jusqu'à la mer ou jusqu'au plan d'eau une coque d'acier pesant déjà plusieurs milliers de tonnes, sur un chemin de glissement suifé, large de 15 ou 20 cm (PERPILLOU, Industr. constr. nav., 1967, p. 11). b) Pop., part. passé en empl. adj. Bien mis, endimanché. Maintenant, déclara le petit, je me vas déguiser (...). Me v'là en complet, bon sang, et bien suiffé! (LA VARENDE, Trois. jour, 1947, p. 68). [], (il) suiffe []. Ac. 1835, 1878: suiffer, suiver; 1935: suiffer. ROB. 1985: ,,On écrit parfois suifer``, mais Pt ROB. 1980: ,,suiffer ou (vx) suifer``. 1res attest. 1393-94 siever (Compt. de l'Hôtel-Dieu d'Orleans, exp. comm. dom. dsGDF. Compl.), 1537 sieuver (Actes des Apost., vol. II, f° 156b ds GDF., s.v. fienner, corr. sieuver, vol. 10, s.v. suiffer), 1636 suiver (CLEIRAC, Exp., 3 cité par ARVEILLER ds Fr. mod. t. 26, p. 58), 1643 suifver (FOURNIER, Hydrogr., p. 29 dsGDF. Compl.); de suif, dés. -er. 3. Suif(f)eux, -euse,(Suifeux, Suiffeux) adj. a) Qui est de la nature du suif. Des concombres vert poli et des tomates luisantes séparaient dans la vitrine les tranches suiffeuses de selle de mouton et les coupes de bœuf rouges sur une dentelle de persil (HAMP, Champagne, 1909, p. 213). b) P. anal., fam., péj. ) [En parlant d'une pers., d'une partie du corps] Qui est très gras. Il (...) finit par se renseigner à un Frère des Écoles chrétiennes qu'il croisa dans un escalier et dont lui inspira confiance la large figure suiffeuse (COURTELINE, Ronds-de-cuir, 1893, p. 187). Mais il survient juste alors toute une armée de cramoisis, une masse compacte, râlante, suifeuse, dégoulinante des quatorze quartiers d'alentour (CÉLINE, Mort à crédit, 1936, p. 379). Empl. subst. Personne très grasse, obèse. Chaque fois qu'elle voyait une partie commencée, elle s'élançait avec fureur, culbutait la planche, saisissait le jeu, le rapportait dans le café et déclarait que c'était assez de nourrir ce gros suiffeux à ne rien faire (MAUPASS., Contes et nouv., t. 1, Toine, 1885, p. 181). ) [En parlant d'une chose] Graisseux, taché de graisse. Nous avons trouvé notre matelas plus sordide que jamais (...). « Il est suiffeux, ai-je commencé. — Nauséeux », a continué Porchon (GENEVOIX, Boue, 1921, p. 46). [], fém. [-ø:z]. 1res attest. a) adj. ) 1842 « de la nature du suif » (MOZIN-PESCHIER), ) 1893 « très gras » (COURTELINE, loc. cit.), b) subst. 1885 « homme gras » (MAUPASS., loc. cit.); de suif, suff. -eux.
BBG. — GLASER (K.). Le Sens péj. du suff. -ard en fr. Rom. Forsch. 1910, t. 27, p. 944 (s.v. suiffard). — MCMILLAN (D.). Le Suif de cheminée. Trav. Ling. Litt. Strasbourg. 1973, t. 11, n° 1, pp. 199-206. — QUEM. DDL t. 38.

suif [sɥif] n. m.
ÉTYM. V. 1190; seu, sieu, siu, XIIe; du lat. sebum. → Sébacé, sébum.
———
I
A
1 Graisse d'animaux herbivores, composée de plusieurs glycérides (oléine, stéarine…); spécialt, cette graisse fondue. || Suif de mouton, de bœuf : composés de stéarine, margarine et oléine en proportions différentes. || Suif en branche, tel qu'on le tire de l'animal. || Suif en jatte, en pain, coulé dans une forme. || Résidus de suif. Creton. || La margarine était primitivement tirée du suif. || Suif d'une chandelle; chandelle de suif (→ Graisse, cit. 6).Suif utilisé dans la préparation des savons (savon animal), dans le traitement des cuirs. || Cuir en plein suif; en suif à chair propre (dégraissé du côté chair). || Enduire de suif. Ensuifer, suiffer.
1 C'était Rattier qui lisait. Mathé lui passait les pièces. Beauvais l'éclairait avec une chandelle de suif dans un chandelier de fer.
Hugo, Choses vues, I, 1853, L'espion Hubert.
2 Corps gras végétal analogue au suif. || Arbre à suif (→ aussi Gemmage, cit.).Suif minéral : variété de cire fossile.
3 (XIXe, Baudelaire). Fam. Graisse humaine (péj.). || Jambes, gorges énormes (cit. 9), pleines de suif.Boule de suif : personne très grasse (cit. 15, Maupassant).
B Vx. || Un suif : une chandelle de suif.
———
II Fig. et fam.
1 (1855). Argot anc. Réprimande, « savon ».
2 (XXe). Mod. (Fam.). Il va y avoir du suif, du scandale, de la bagarre.Chercher du suif à qqn, lui chercher querelle.
2 Elle devait trouver le temps long, la charmante, surtout si les poulets étaient venus lui chercher du suif, lui demander de mes nouvelles.
Albert Simonin, Touchez pas au grisbi, p. 166 (1953).
3 Voyons, Tonin (…) qui donc irait chercher du suif au père Six ?
San-Antonio, J'ai essayé : on peut !, p. 20.
DÉR. et COMP. Suiffard, suiffer, suiffeux. Ensuifer.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • suif — suif …   Dictionnaire des rimes

  • suif — (suif) s. m. 1°   Corps gras consistant fourni par les ruminants, boeuf, mouton, chèvre, et qui sert à faire la chandelle. •   La graisse diffère du suif en ce qu elle reste toujours molle, au lieu que le suif durcit en se refroidissant, BUFF.… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • Suif — de bœuf Général No CAS …   Wikipédia en Français

  • suif — SUIF. s. m. Graisse, dont on se sert principalement pour faire de la chandelle. Suif de mouton. suif de boeuf. suif de cochon. fondre du suif. chandelle de suif. on tire de ce pays là de la cire, des suifs &c. On dit, Donner le suif à un vaisseau …   Dictionnaire de l'Académie française

  • suif — Suif, Seuum, vel Sebum, aut Sepum. Qui oingt comme suif, Sebosus, vel seuosus …   Thresor de la langue françoyse

  • SUIF — s. m. La graisse de certains animaux, dont on se sert principalement pour faire de la chandelle. Suif de mouton. Suif de boeuf. Fondre du suif. Chandelle de suif. On tire de ce pays là de la cire, des suifs, etc. Enduire de suif.   La mèche de… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • SUIF — n. m. Graisse de certains animaux, dont on se sert principalement pour faire des chandelles et des bougies. Suif de mouton. Suif de boeuf. Fondre du suif. Chandelle de suif. Enduire de suif. Arbre à suif, Espèce d’arbre de Chine dont les graines… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • suif — n.m. Réprimande. Chercher du suif, chercher querelle. Être en suif, être fâché, être brouillé : Ils sont en suif. / Jeter du suif, être élégant …   Dictionnaire du Français argotique et populaire

  • suif — nm. (matière grasse) : CHU (Albanais, Saxel.002, Villards Thônes), chui (Albertville), shufo (Arvillard). A1) suif pour les tonneaux (pour suif obturer // colmater // boucher suif les fuites) : chu de bosse nm. (002). A2) suif, réprimande =>… …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • SUIF — Stanford University Intermediate Format Programmzwischensprache zur SPMD Parallelisierung des Codes, besitzt ANSI C und FORTRAN Frontends und SGI und KSR1 Backends http://suif.stanford.edu/ …   Acronyms


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.